Petits tuyaux et astuces pour faciliter votre sejour au Cap Vert

Telephonie et Internet

En  milieu rural  et  accidenté  (montagnes) ,  les  communications  sont  aléatoires  avec  souvent  un  débit  faible  concernant  Internet.

Votre  opérateur  téléphonique  d’Europe    est  toujours  pris  en  relais par  un  opérateur national,  mais  à un  coût  élevé. A  savoir,  un SMS vous  coutera  0,30€,  bien  moins  cher   qu’un appel  de  vive  voix.

Pour  une  plus  grande  autonomie et  réduire  son coût   de communication,  il  est  recommandé  d’apporter  avec  soi  un  telephone cellulaire  libre  de  tout opérateur  (débloqué) ,  et  d’y placer  une  carte  SIM    de  l’un  des 2 opérateurs  telephoniques  du  pays (CV movel  ou  bien Unitel).

Pour  une  montant  raisonnable, cette  carte  SIM  permet  souvent  l’usage  de Internet  (bien  le  spécifier  à l’achat,  et  à faire  activer   par  l’operateur).

Dans le village de Espongeiro, l’opérateur Unitel  est plus performant en  terme  de débit Internet

Cartographie ,   GPS   et guide

La  meilleure  carte  « papier »  est sans  contexte    celle éditée  par http://www.Belavista.net,  au 40.000e pour  l’ile  de Santo Antão.  Les  chemins  de  randonnée  y  sont  tous  repertoriés  avec  description synthétique.
Vous  pouvez  la  commander  sur  Internet. Egalement  en  vente  en  boutique  à Mindelo (parc  d’enfants près du Club Nautico) ,    dans  la  gare  maritime  de Porto Novo. 1900$cve (environ 18€).

L’application gratuite pour telephone  portable « MapFactor GPS Navigation » reprend  les  données de OSM  (Open Street Map) souvent  mises  à  jour.  Cette  application  fonctionne  aussi sans  connection, toujours interessant    pour  la  durée  de votre  batterie. A  vous  de  télécharger  le  module « carte du Cap Vert » , avant  de  quitter  l’Europe.

Reste  que  le  meilleur  moyen  de  visiter  le  pays  est de  s’offrir  les  services  d’un  bon  guide, pour  éviter  d’ignorer  la  petite plante  endémique  sous  votre chaussure, la  volcanologie  de l’ile,  les  us et  coutumes , la  facilité  de contact avec la  population créole, …  et  bien  d’autres  choses  encore !

Santé

Le Cap Vert,  archipel  de  sécheresse,  à la  population sensible  aux  campagnes de prévention,  présente peu de risque pour  la  santé  du visiteur.

Partout, la  nourriture  est  toujours  confectionnée  avec  soin et  hygiène,  le plus souvent bien (trop ?) cuit pour   éviter  les vilaines bactéries.

Toutefois, maux de  ventre et  diarrhée ne  sont jamais à exclure, pour  les  intestins et les âmes  les plus  sensibles. L’eau que  boivent les  locaux n’est pas toujours  celle qui convient à votre transit. On  trouve  de  l’eau minérale  dans  n’importe  quelle épicerie ( appelée « merceria »).

Pas  besoin  de  vaccin  contre  la  fièvre jaune  pour  entrer au Cap Vert.

Paludisme et  dengue  sont absents,  hormis  durant l’improbable mini saison des pluies (septembre / octobre) dans  les  quartiers défavorisés  dans  deux  grandes villes du pays.

Une  contamination virale   se  limite à la barrière de la mer. La  configuration en  archipel et  la  sécheresse  du  climat  offrent une bonne garantie sanitaire.

Les  recommandations  que  vous pourrez  lire  sur  le  site  du  Ministère français  à l’Etranger  sont largement exagérés , voire indécents.  Ils  n’ont  pour  but  que  de vous  décourager à  vous  deplacer   hors  de France, et  limiter  la  responsabilité  des  institutions.

Publicités